Saint-Lary

La montagne, ça vous gagne !

 

Qui ne connaît pas ce slogan publicitaire ?! Assurément que ça nous gagne, les bienfaits sont nombreux et tellement bons pour le corps et l’esprit. Entre l’air frais et pur, le calme, la nature, les paysages magnifiques, le vin, le fromage … Ben oui il ne faut pas oublier les bienfaits de la bonne bouffe de la montagne. C’est un peu le passage obligatoire des vacances au ski : la raclette ! Avec toute l’énergie dépensée sur les pistes, il faut nourrir le corps et l’aider à résister au froid (bon ok c’est une bonne excuse car on en fait très régulièrement des raclettes, il ne faut pas se mentir).

En bref nous avons passé un super séjour, je vais vous le détailler ci-dessous, mais avant laissez moi vous présenter mes compagnons de glisse afin que vous puissiez vous y retrouver dans cet article, je ne les citerais que par leur surnom car vous n’avez pas besoin de connaître leur prénom ou nom (même si quelques-uns les reconnaîtront aisément !).

 

Présentations :

Nous avons pour commencer les Parents, composés de GB et Jésus (ou V.V). Le chalet appartient à la famille de GB, qui nous en fait profiter très généreusement, un grand merci à elle pour cela. Nous avons ensuite les filles de Jésus, Duracell et Boucle d’or, respectivement la plus jeune qui a pris des cours de ski cette année et la plus âgée qui venait avec nous sur les pistes. Il y a ensuite Bastoune ou Bastox, ancien collègue comme V.V, devenus tous deux de très bons amis. Et pour terminer il y a Milouze : imaginez la personne la plus drôle que vous connaissez et vous êtes encore loin du compte ! Voilà pour la bande de joyeux lurons avec qui je suis parti.

Pour ceux qui aiment mettre des images sur les mots, les voici :

 

Où sommes-nous partis ?

Nous sommes partis à Saint-Lary-Soulan en Occitanie, dans les Hautes-Pyrénées, près de la frontière Espagnole.

 

L’arrivée :

Nous partons de Nantes vers 17h Vendredi 02 Mars, et après un total de 8h de voiture et une pause McDo, nous sommes arrivés au chalet vers 00h30, le temps de poser les sacs, coucher les filles et discuter un peu, nous voilà couchés vers 1h30 pour un lever initial à 8h.

 

Premier jour (Samedi) :

Réveillé vers 7h par le chat qui se demandait bien quelle bêtise il pourrait faire, et qui à finalement trouvé en allant derrière le canapé (où je dormais), pour gratter le pied en bois et ainsi me faire lever pour le faire déguerpir. Après une dizaine de minutes d’un « attrape-moi si tu peux », Gandalf (oui c’est le prénom du chat des parents), à décidé de changer de jeu et s’est mis en tête de s’approcher au plus près de ma tête pour me mettre un coup de boule ! Action affective pour lui, mais violente pour moi. Puis, vu que cela ne suffisait pas à me faire lever, à se lover au plus près de ma tête dans le but, je pense, de m’étouffer. Il s’est ensuite attaqué à Bastoune qui dormait dans la même pièce mais sans plus de résultats qu’avec moi.

Nous nous sommes finalement levés non sans mal vu que la nuit fut courte. Le temps de prendre un petit déjeuner, enfiler les affaires de ski, préparer le sac pour la journée et nous voilà partis avec nos skis sur le dos (mon Snow pour moi), pour récupérer nos forfaits. Chose faite rapidement pour Bastox, mais non sans mal pour moi car erreur sur l’emplacement pour récupérer le forfait, je me suis rendu à l’accueil du téléphérique et il fallait se présenter à l’accueil des télécabines.

Direction donc les télécabines, à environ 5 min à pied de là ou nous étions. Une fois sur place, un monde fou était déjà présent pour récupérer ou acheter des forfaits. Après approximativement 4h d’attentes, nous montons enfin dans la télécabine à 10h20 pour une arrivée sur les pistes à 10h30 où nous rejoignons Milouze qui en était, elle, déjà à sa troisième remontée !

Un coup de télésiège et première descente des vacances sur une piste bleue. La reprise est dure, les jambes sont lourdes des nombreuses séances de sport des deux dernières semaines. Je sens que cette semaine va piquer !

La matinée se passe sous les meilleurs hospices car le temps est magnifique, la température est agréable, la neige est bonne, beaucoup de poudreuse par endroits, notamment sur une piste noire qui nous a un peu coupé les pattes, et les gamelles sont régulières, de mon côté comme celui de mes deux comparses, mais plus du mien tout de même !

Nous nous arrêtons en hauteur, au pied d’une remontée pour une pause déjeuner avec un super panorama (J’aime les panorama). Nous savourons au soleil nos sandwichs et prenons notre temps.

 

 

L’après-midi a été assez intense car nous avons pas mal enchaîné en faisant une grande partie du domaine et en allant jusqu’au lac de L’oule. Le seul bémol fut le vent qui était assez froid et surtout fort sur les sommets et sur les télésièges, ce qui valait quelques fois d’être poussés en arrière ou de skier sans rien voir tellement cela soulevait de neige. Mais c’était très court donc pas très grave, cela n’enlevait rien au plaisir.

Il a fallu pousser à plusieurs reprises également, ce qui est assez contraignant lorsque l’on est en snow car il faut déchausser un pied et pousser avec celui-ci pour avancer un peu. Sinon de très belles pistes et de la bonne neige c’était vraiment agréable. Mais plus ça allait et plus les cuisses se faisaient sentir, j’avais de plus en plus de mal à tenir debout et à faire des virages corrects, n’étant pas un as de base je vous laisse imaginer le résultat …

 

 

Nous terminons vers 16h30, nous retrouvons V.V, GB et les filles qui étaient tout aussi rincés que nous. Les parents sont allés faire les courses pendant que nous prenions nos douches.

Et enfin une bonne soirée, apéro saucisson/chorizo/bière et un hachis parmentier pour le repas avec une bouteille de Madiran. Nous n’avons pas fait de vieux os ce soir-là car à 22h tout le monde était couché.

Une bonne nuit malgré quelques assauts du chat sur le petit matin.

 

 

Deuxième jour (Dimanche) :

Levé à 8h passé, et je sens que mon corps à moyennement apprécié la journée de la veille, courbatures au niveau du dos, du cou, des avants bras et bien sûr des cuisses. Je me dis que la journée va être dure si je décide de monter sur les pistes. Sachant que mes voyages approchent et que je ne veux pas me blesser bêtement et juste avant le départ, je prends donc une journée off pour reposer mes petits muscles. J’en ai profité pour nous réapprovisionner en bières et en vin pour le retour des sportifs et commencer à écrire sur ce petit séjour hivernal et montagnard.

Les grands skieurs sont revenus, tout fatigués qu’ils étaient de leur journée, ils ont tout de même trouvé la force de faire leur douche puis de passer une super soirée, arrosée de bières et agrémentée de parties de cartes. Nous avons d’abord commencé par jouer à la Scopa (un jeu italien assez drôle et entraînant à faire, nous n’avons pas exactement les même règles mais dans les grandes lignes c’est ça), pour finir ensuite par un mexicanos (pas sûr que ce soit son nom officiel mais c’est ainsi que nous l’appelons). Je n’ai pas trouvé de lien pour celui-ci mais j’éditerais si besoin.

 

Troisième jour (Lundi) :

Levé aux alentours de 8h, nous nous préparons tranquillement pour être aux œufs vers 10h, sans stress.

Je pars donc en compagnie de Bastoune sur les pistes. Nous avions tout de même un gros doute sur cette journée car le matin, nous étions un peu dans la brume et surtout le ciel était couvert, il nous était impossible de voir le relief sur les pistes ce qui peut s’avérer dangereux. Nous décidons donc de nous arrêter pour manger dans une salle hors-sac d’un restaurant d’altitude. Nous y savourons nos sandwichs puis nous rendons au bar à côté pour boire une bière. La météo annonçant un retour au beau pour 13h, nous nous sommes dit que c’était une bonne manière d’attendre le soleil. Et la météo ne s’est pas trompée car vers 13h, effectivement, le soleil revenait et nous avons pu profiter à fond tout l’après-midi. Nous enchaînons des pistes bleu et rouge très sympa à plusieurs reprises sur lesquelles nous prenons beaucoup de plaisir. Les sensations reviennent de mon côté et je m’essaye à quelques sauts (pas au point de Bastox juste au-dessous) de bordure de pistes qui se passent bien.

 

 

La soirée se passe comme celle de la veille, à ceci près que nous ne faisons pas de scopa (nous n’étions que 3 joueurs et il faut être 4). Cela ne nous a pas empêché de bien rigoler, car l’alcool aidant, il n’a pas été toujours facile de jouer.

 

 

Quatrième jour (Mardi) :

Milouze part de bonne heure, vers 8h45, comme chaque jour car elle veut profiter à fond de chaque journée de ski. Nous la retrouvons sur les pistes en fin de matinée il me semble pour monter tout en haut du domaine. Nous avons le temps de faire quelques descentes avant de nous arrêter manger au même endroit que la veille sauf que nous sommes restés dehors, car malgré les quelques flocons qui tombaient, il faisait bon et il y avait du soleil.

 

Photo de Milouze

 

Nous récupérons Boucle d’or qui a eu ses 3 étoiles l’année passée et qui se remet en jambes. Nous l’emmenons sur quelques pistes bleu et rouges très sympa et où il y a peu de monde. J’en profite pour filmer un peu avec la caméra sportive achetée récemment.

A ce propos, la qualité d’image est au top (je filmais en 1080p/60ips), mais niveau stabilisateur ça tremblotte un peu, sûrement dû au fait que j’ai cassé ma perche et que je tenais la cam par le bout qui restait. Et quelques saccades de temps en temps sur l’image, mais là je ne sais pas d’où ça vient, il faudrait que je puisse tester dans d’autres conditions et avec différentes qualités d’image pour voir si le problème persiste.

 

 

Anyway, nous passons une bonne journée, deux trois gadins à signaler et nous terminons par une piste noire. Piste que nous avions fait dès le samedi matin et qui nous avait un peu coupé les pattes car nous l’avions fait principalement en hors-pistes. Mais cette fois-ci elle est très bien passée et chacun de nous s’en sort bien, notamment Boucle d’or pour qui c’était la première noire.

Encore une bonne journée et beaucoup de fatigue dans les pattes pour tout le monde. Mais cela ne nous décourage pas pour une nouvelle soirée à battre les cartes et à brasser de la bière ! Beaucoup de fou rire ce soir-là car Milouze nous a rejoint pour une partie de Mexicanos, puis Jésus, Bastoune et moi-même avons fait deux parties de Shut The Box.

 

Cinquième jour (Mercredi) :

Milouze est la première levée, comme à l’accoutumée et part à nouveau vers 8h45 (à préciser que c’est la première couchée aussi, aux alentours de 22h, 23h quand elle est en after !).

Nous la rejoignons, Bastoune, Boucle d’or, GB et moi vers 11h. Nous avons le temps de faire quelques descentes avant que les deux filles rejoignent Jésus et la petite dernière en bas de la station pour manger et la déposer à son cours de ski.

 

 

Pendant ce temps nous prenons une nouvelle piste que nous n’avions pas prise encore, une rouge très sympa et sur laquelle nous faisons un peu de hors-piste. Nous trouvons un coin sympa au soleil pour profiter de notre pause dèj, ponctuée ça et là de quelques skieurs qui passent par là, dont 2 qui nous ont fait lever la tête avec une certaine animosité. Car ces deux skieurs avaient une enceinte qui crachait sa musique à tout le monde alors que nous étions en pleine montagne, au calme. Moi j’appelle ça une agression auditive. Je n’ai rien contre la musique, je kiffe bien au contraire, mais juste pas à la montagne quoi. C’est l’un des seuls endroits où l’on peut vraiment être au calme sans distractions autre que la faune et la flore, pourquoi vouloir gâcher ça avec du rap à fond les basses ?! Bref nous les regardons passer (l’un deux tombe à un moment, provoquant la jubilation de Milouze) et reprenons notre pause tranquillement puis nous rejoignons la petite smala pour une aprèm entre potes sur les ski (snow pour moi). Le temps est au beau fixe, quelques rafales de vents lorsque nous sommes sur les télésièges mais pas de vent au ras du sol donc parfait.

 

 

Je filme plusieurs descentes et ai l’occasion de capter deux trois chutes toutes mimi qui nous font bien rire. Nous nous amusons bien et nous commençons à redescendre à un endroit ou GB peut bifurquer pour aller récupérer Duracell, et durant cette descente je fais une chute malencontreuse pour éviter un enfant qui à coupé la piste de part en part quasiment. Je fais quelques roulés boulés et glisse un coup à l’endroit, un coup à l’envers pour enfin arriver à m’arrêter une dizaine de mètres plus bas. Tout va bien pas de casse si ce n’est une douleur à l’épaule qui revient dû à une autre chute en snow mi-janvier. Je me dis bon rien de grave, ça ne m’avait pas dérangé tant que ça la dernière fois, ça devrait le faire. Nous reprenons la fin de la piste donc et là sur la fin c’est moi qui fait une erreur et passe sur l’arrière des skis de quelqu’un et je refais une chute, plus petite cette fois-ci mais là c’est le signal pour moi qu’il faut arrêter car la fatigue est là et je ne donnerais plus rien de bon pour le reste de la journée je le sais. Je repars donc avec GB en direction du bas de la station. Elle part devant pour être à l’heure pour récupérer la petite et moi je prends mon temps. J’ai eu bien raison d’arrêter la journée car sur le retour je ne fais pas moins de 3 chutes, une qui n’est pas ma faute et sans conséquences, mais une où je me fais un peu mal au dos et la dernière où je tombe sur les genoux au seul moment de la piste, où il n’y a que de la glace, résultat un bel hématome douloureux dans l’articulation.

Je rentre donc clopin-clopant jusqu’à la maison, je prends une douche et passe de l’arnica sur les deux endroits douloureux afin de faire passer la douleur et que ça n’empire pas pour espérer retourner en faire un peu demain.

 

Pour ce soir nous avons prévu une soirée pizza et nous gardons la soirée raclette pour le dernier soir sur place. A nouveau un peu de cartes et de Shut the box, plusieurs fous rires et un duvet que je suis content de retrouver pour m’y enfermer tel une chenille dans son cocon. Le sommeil ne vient pas tout de suite et je repense à une phrase qu’à dit GB durant le séjour (à peu près) :

« Ce que j’adore au ski, c’est lorsque tu es au tire-fesse, qu’il n’y a pas un bruit autour de toi et que tu entends seulement la neige crisser … »

Je repense alors à la journée que nous avons passée, aux deux ou trois remontées en tire-fesse faites, puis à la piste Glacier que nous avons empruntés, à un moment nous étions seuls, dans la poudreuse, sans bruit alentours, juste le crissement de la neige sous le snow, un paysage magnifique et le sentiment de bien-être que cela m’a procuré. Je souris, je me sens bien et je m’endors.

 

Dernière journée (Jeudi) :

 

Photo de Milouze

 

Ce dernier jour, Milouze part à nouveau vers 8h45 et nous avertis que la station risque de ne pas ouvrir car énormément de vent. Le vent devrait tomber dans la matinée mais aucune autre indication, donc il faut s’attendre à ne pas aller skier. Au fur et à mesure de la matinée, une partie de la station ouvre puis enfin tout le domaine, le vent est tombé et les nuages sont partis. Je décide de ne pas y aller aujourd’hui à nouveau car je ne veux pas risquer de me blesser dû, pour commencer, à la fatigue (j’ai peu dormi cette nuit-là) et à la douleur encore présente à l’épaule et au genou. Les autres décident de manger au chalet et de ne partir que vers 13h. Je garde la petite dernière qui est un peu malade et nous passons donc l’aprèm à ranger mes affaires et écrire de mon côté, et elle à regarder Belle et Sébastien puis L’élève Ducobu et enfin à jouer un peu.

Les parents et Boucle d’or rentrent vers 17h il me semble, et les deux derniers peu après 18h. Le temps à été super pour cette dernière journée et ils ont pris beaucoup de plaisir, quelques gadins visiblement, dommage qu’il n’y avait personne pour filmer.

 

Photo de Milouze

 

Pour le réconfort une bonne raclette ce soir ! Fromage et charcuterie achetée chez Ramoun et nous voilà lancés. Excellente, nous enchaînons les tranches de fromage, de jambon, de lomo et de chorizo avec des pomme de terre en accompagnement ! Et nous terminons la soirée à discuter, rigoler et faire deux parties de Shut the box.

Nous nous couchons pour nous réveiller à 7h30, un p’tit dèj, une douche et nous entamons le rangement et le ménage du chalet. La première voiture (contenant Bastoune, Milouze et moi) part vers 9h30, ils me déposent à Tarbes où je prends un train et où ils récupèrent une covoitureuse. Les voilà repartis direction Nantes et moi je prends mon train vers Avignon (avec deux étapes, une à Toulouse et une à Nîmes). Il y a foule, c’est les retours de vacances, les gens se poussent pour être les premiers à monter dans le wagon et avoir des places assises. J’en profite pour poursuivre la lecture de mon livre, actuellement American Gods de Neil Gaiman qui a inspiré la série éponyme, dont la première saison est sortie en 2017 et que j’ai adoré.

J’arrive enfin vers 18h30 à Avignon où ma mère m’attend. Retour à la maison, je suis vanné et je dors à 22h !

 

Pour ceux que cela intéresse, voici le plan des pistes du domaine de Saint-Lary :

 

 

J’ai hâte d’être à l’année prochaine pour remettre ça !

Laisser un commentaire